Crobard > home punk

Le Punk pour les nuls.
( un clic sur les crobards et hop ! )

A comme Anarchy : parce que les fondateurs du mouvement a.k.a. Les Sex Pistols chantaient " Anarchy in the UK " mais aussi et surtout parce que le punk se veut être un individu propre et à part entière et que seule l'anarchie permet cette liberté personnelle qui n'entrave pas l'individu sous des dogmes pré-édictés par d'autres.

B comme Bombers : parce qu'il faut bien parler des grandes familles de look, parce qu'il y avait ceux qui mettaient des bombers et des docs et parce qu'il y avait ceux qui mettaient des perf' - comprendre perfecto - et des santiags parce qu'un peu comme aujourd'hui, Nike et Adidas n'ont pas les mêmes valeurs, à cette époque aussi, on s'étripait pour des conneries.
Et surtout aussi, parce qu'au-delà du look qui a survécu dans les esprits, résidait une vraie raison à tout cela, le punk se veut militant, ce militant est manifestant, ce manifestant est des plus engagés de ceux qui essuient les CRS... alors parce que le bombers ça "rippe" dans la main et que ça s'agrippe pas, alors, les chaussures coquées parce qu'on peut au moins, répondre aux coups de matraques, alors le foulard parce qu'il faut bien respirer dans les lacrymos, alors les cheveux rasés parce qu'on ne peut pas les attraper : guérilla urbaine.
Pour se la péter en société :
B comme
Bromley Contingent : sorte de "fan club" spontané des Sex Pistols dont faisaient partie - entre autres - Siouxsie, Billy Idol et même Sid Vicious au départ.
B comme Bérurier Noir : fer de lance du mouvement punk français de 80's, restés mythiques pour n'avoir jamais voulu céder : concert d'adieu GRATUIT à l'Olympia et auto-dissolution pour revenus trop importants.


crête C comme crête : parce que c'est un cliché. Strict symbole du refus d'un système, basé sur de la simple provoc :
- dresser des cheveux qui doivent se peigner et sortir des conventions
- colorer et dénaturer une partie de son corps et se la réapproprier ( pousser plus loin ça donne le piercing )
- raser son crâne comme la société a toujours choisi de marquer/punir ainsi ses propres exclus

D comme Défonce : parce qu'un mouvement dont l'un des leaders se présente sur scène avec un pansement fraîchement posé au pli du coude ne peut nier ses origines, parce que la certitude du No Future ôte beaucoup de ces limites qu'impose un système et permet l'expérimentation de soi et ses propres limites - voire de leur dépassement -, parce que flirter avec la mort possède un délicieux parfum de j'en-foutisme, et puis, parce que simplement... c'est bon.

E comme Epingle à nourrice : parce qu'ériger en symbole un objet : ultime représentation du néant, du RIEN le plus absolu ; parce que fait d'arme de Viviane Westwood, trait de génie de l'accessoirisation de la misère portée comme signe de reconnaissance.

 
fuck F comme Fuck : parce que le doigt tendu fait parti des cliches, parce qu'il est le symbole du j'en-foutisme, l'incarnation d'un No Future qui affranchit des conséquences et permet tout.

Pour se la péter en société :
F comme Fugazi : groupe punk américain initiateur de la philosophie straight-edge - mouvement très revendicatif entièrement voué à la "lutte " refusant donc l'alcool, les drogues et la bagatelle, souvent végétariens.

G comme Graffiti : parce que mouvement avant tout urbain, il convenait de s'approprier La Rue, parce que non respect des convenances et parce que Art malgré tout.
Pour se la péter en société :
G comme Gibus : Le club punk à Paris. ( bon, ça a un peu changé depuis... )
G comme Gutter punk : littéralement "punk de gouttière" adapté en français en "punk-à-chien" ou "punk-bière".

H comme Hero : parce que l'almalgame est trop facile et que vous ne pensez sans doute pas à la même chose que nous et pourtant, quelque part le punk c'est bien le méchant que tout le monde voudrait être, donc : parce que héros quand même.

I comme Irrévérencieux : parce que sans foi, ni loi, aucune entrave ne limite les libres expressions d'une pensée libre, et parce que choquer et provoquer sont des jeux trop faciles pour ne pas en abuser.

J comme Joyeux : parce que ne se reconnaître aucun avenir n'est pas nécessairement triste, parce que connaitre l'illusoire impérennité des choses ne les rend que plus fortes et parce qu'une fois pour toutes, mieux vaut en rire.

kepon K comme Kepon : parce que les clichés sont inévitables, parce que certains parlent de punk en pensant que "les vrais" sont ceux qu'ils appellent "les routards" confondant punk à chien et chardclo, parce que kepon c'est bien différent de punk.

L comme Libre ? : parce que cela serait faux, parce que la liberté reste un fantasme d'anarchiste mal-réveillé et que le punk est bien trop lucide pour s'en prétendre.

M comme Marginaux : parce que s'il reste une vérité unique entendue de tous, c'est bien celle-là.
Pour se la péter en société :
M comme Malcom Mac Laren
: producteur et commercial génial, inventeur et promoteur du concept " Sex Pistols " ou comment faire de l'argent en misant tout sur la provoc : le comble du Chaos.
M comme Mala vida : premier titre de la Mano Negra qui lança l'émergence du renouveau alternatif français aux oreilles du grand public.
M comme Métal Urbain : groupe français punk de la première heure, inventeur du concept " grosses grattes + boîte à rythme minimaliste " et reconnu au niveau international comme l'un des meilleurs groupes punk dans l'esprit du moins.

N comme NON : parce que refuser est déjà une revendication, parce que punk appartient à tout les signes de négation d'Asocial à Désinsertion.

O comme OD : dernières lettres de noblesse données à ceux qui n'ont jamais cessé de dire NON.
Pour se la péter en société :
O comme Oï : souvent associé au punk pour ses affinités évidentes avec les red, mouvement éminement prolétaire et militant ultra-gauche souvent reconnu comme violent, définissant lui-même sa propre musique comme du " punk joué par des red ". Oï : abréviation cockney de " hey you ".

P comme Prison : parce que celui qui refuse certains dogmes pré-établis n'a pas d'autres choix qu'une certaine marginalisation, parce que cette marginalisation se termine trop souvent comme au Monopoly par " ne touchez pas 20.000 francs et ne passez pas par la case départ ".
Pour se la péter en société :
P comme Pogo : parce que la légende veut que Sid Vicious - tout petit qu'il était - avait pour habitude de " sautiller " pour voir les groupes sur scène et parce qu'en anglais pogo
stick est le nom de ce jouet sur ressort pour enfant qui permet justement de " sautiller " ainsi.

Q comme Qualité ? : parce que l'important n'est pas tant de savoir mais bien d'avoir - comprendre avoir des choses à exprimer, parce que la voix de l'alternative n'a que rarement les honneurs et donc les moyens officiels.

 
rebelle R comme Réfractaire : oui vous avez bien lu, réfractaire plutôt que rebelle.

Pour se la péter en société :
R comme Rude Boy : documentaire scénarisé sur l'histoire de la scène punk dans lequel Les Clash incarnent leur propre rôle.
R comme Roxy : mythique club londonien miteux d'où tout est parti, ils y ont tous joué : Sex Pistols, Les Clash, Les Damned etc...

R comme Red : pour Red Skin, renouveau du mouvement Oï insufflé par la naissance du punk.

S comme Squatt : parce que refusant la notion de propriété de la terre, parce que militant pour un " droit au logement " pour tous, parce que d'autres alternatives n'existent pas.
Pour se la péter en société :
S comme Sex : nom de la mythique boutique de Viviane Westwood.
S comme Sex Pistols :
Le groupe mythique, constitué de Johnny Rotten - vocal -, Steve Jones - guitare -, Paul Cook - batterie -, Glen Matlock remplacé par Sid Vicious après le premier album - basse.
S comme Sid Vicious : véritable figure emblèmatique du punk, incarnation du mythe autant pour sa liaison houleuse et définitive avec Nancy Sprungen - strip-teasseuse de son état - que pour son addiction définitive elle-aussi.

T comme Taxer : parce que c'est dans le cliché : taxeur, voleur et looser et surtout parce que les gens confondent avec démerde.

U comme Usine : parce que c'est l'avenir offert au punk, parce qu'il le refuse.

violent V comme Violent : parce que c'est encore le cliché, parce que réaction au "peace and love" et simplement parce qu'enragés et désespérés.

W comme Watt : parce que énergie autant que son !
Pour se la péter en société :

W comme Westwood Viviane : fan de la première heure des Sex Pistols, styliste anglaise qui grâce à Mac Laren a pu en quelque sorte "créer le look" punk et l'a commercialisé - entre autres - via son magasin "sex"
.

X comme celui de la censure : parce que poussant trop loin la provocation, le punk est souvent frappé d'interdit voire saisie.

Y comme Yaourt : parce que ça fait tenir la crête - si, si !
( ben, pourquoi pas ? y'en a bien qui pensent qu'elles tiennent au sperme... alors le yaourt... )

Z comme Ze End : parce que vous devez déjà avoir un bon aperçu du problème.

index